Individualisme ET « tribalisme » ?

décembre 30, 2008

Au risque de donner le sentiment de radoter, voici encore une citation de Lipovetsky à l’usage de ceux qui, à la manière de Maffesoli, estiment que les communautés électives, souvent désignées sous l’appelation ambigüe de « tribus », signent le déclin de l’individualisme.

« En rupture frontale avec l’idéologie des civilisations précédentes organisées de manière holiste à fondement sacré, l’individualisme signifie un système de valeurs posant l’individu libre et égale comme valeur centrale de notre culture, comme fondement de l’ordre social et politique.

Cette configuration de valeurs s’affirme pleinement dans l’Histoire à partir du XVIIIe siècle, devenant le principe premier de l’ordre pluraliste et libéral. Avec les Modernes, sont consacré les principes de liberté individuelle et d’égalité de tous devant la loi : l’individu s’affirme le référentiel ultime de l’ordre démocratique. Pour la première fois dans l’histoire, la loi et le savoir ne sont plus reçus de l’extérieur, de la religion ou de la tradition, mais à construire librement par les hommes, seuls auteurs légitimes de leur modèle d’être ensemble.

Tandis que le pouvoir doit émaner du libre choix de chacun et de tous, nul ne doit plus être contraint d’adopter telle ou telle doctrine et de se soumettre aux règles de vie dictées par la tradition. Droit d’élire ses gouvernants, droit de s’opposer au pouvoir en place, droit de chercher par soi-même la vérité, droit de conduire sa vie selon son gré : l’individualisme apparaît comme le code génétique des sociétés démocratiques modernes. Les droits de l’homme en sont la traduction institutionnelle. » (P50)

« Rien n’est plus naïf que d’interpréter l’essor des « communautés d’affinité » comme le signe d’un recul du processus d’individualisation. Car celles-ci n’existent que par le choix libre et subjectif, réversible et émotionnel des individus déliés qui entrent et sortent de ces plates-formes numériques à loisir, à la vitesse d’un clic, sans aucun engagement durable ou institutionnel.

L’hyperindividu est un consommateur qui fait son marché partout mais qui est aussi interconnecté, « branché » sur des réseaux qui sont si peu de vraies communautés que les internautes ne s’y expriment que sous des identités « pseudo » ou sous la forme d’avatars. Ce qui est recherché est moins un ancrage communautaire que l’ivresse des contacts et « amis » sans cesse renouvelés, la connectivité infinie, l’ouverture des possibles et des rencontres, le jeu, le jeu avec sa propre identité, une « deuxième vie ». L’explosion des communautés virtuelles est d’abord l’expression de l’hypertrophie bien réelle de l’individualisation. » (P85)

Gilles Lipovetsky, La culture-monde

Publicités

Facebook, support du « continuous partial friendship » au service de l’individualisme

août 6, 2008

Mais à quoi peut bien servir Facebook ?

Question : à bien y réfléchir, Facebook s’apparente-t-il plus à un site comme MySpace ou à un site comme Delicious ?

J’entends déjà des voix gronder : « Béh non idiot, c’est un réseaux social, comme MySpace et Bebo, tu sais pas ça déjà ? »

– « Hmm, merci Roger… ».

En réalité, ma question ne visait pas la définition de la plateforme (ce que j’appellerais volontiers « voir les choses par le petit bout de la lorgnette »), mais plutôt ses usages. C’est là que les choses deviennent véritablement intéressantes.

Dans les faits, MySpace est utilisé, soit comme un blog, comme un journal intime, soit comme un outil permettant de rencontrer des personnes en affinité avec nos propres goûts, notamment musicaux. Facebook, quand à lui, laisse entrevoir des usages totalement différents.

Quand l’euphorie retombe

Une fois passée la fureur des débuts, l’euphorie retombe, et pour cause :

– vous avez déjà rentré dans vos contacts toutes les personnes avec qui vous avez été à l’école depuis la 3ème maternelle, tous les amis de vos amis que vous avez croisés au moins une fois, ainsi que les quelques filles (ou garçons) que vous avez essayé, avec un succès inégal, de « brancher »

– vous avez déjà testé de façon frénétique toutes les applications de vampire, de loup garou, et autres zombies et en avez profité pour spammer allègrement vos amis

– vous vous êtes déjà inscrit aux groupes les plus absurdes qu’il est possible de trouver et avez même contribué à la création de certains

Mais vous avez fini par vous lasser, et vos amis aussi. Désormais vous vous contentez pour l’essentiel de faire errer votre regard sur la page d’accueil du site, dans le même état de veille hébétée dans lequel vous avaient déjà plongé MSN ou votre boîte mail : vous montez la garde pour voir si quelqu’un pense ou a pensé à vous…

Dans leurs premières heures d’utilisation de Facebook, les internautes testent avec autant d’enchantement que de frénésie toutes les fonctionnalités de la plateforme, de la même façon qu’un enfant attrape tout objet sa portée et le met dans sa bouche pour explorer les limites de son corps : comme le disait McLuhan, les médias sont des extensions du corps, et Facebook n’échappe pas à la règle.

On teste les fonctionnalités pour les tester, la plus part du temps sous couvert de divers prétextes de sociabilité. Mais l’on découvre petit à petit que l’on n’a ni le besoin, ni l’envie, ni le temps de communiquer avec tous ces gens (ie. vos 235 « amis ») de façon intempestive.

Le deuxième effet kisscool : le continous partial friendship

Cela ne veut pas dire pour autant que la plateforme n’est d’aucun usage, et qu’elle n’est qu’un phénomène de mode voué à disparaître.

Tout comme le goût d’un vin ne se dévoile qu’à mesure du temps aux gens patients et avertis, son véritable usage, ou plutôt son sens, se révèle une fois que vous avez acquis une certaine maturité dans l’utilisation de la plateforme.

Vous vous servez toujours de Facebook, mais différemment et de façon plus sporadique. Facebook vous sert désormais à tagguer vos amis, comme vous tagguez les liens sur Delicious, pour les avoir sous la main. Vous vous sentez rassurés parce qu’ils sont constamment là, à côté de vous, rangés soigneusement et prêts à être convoqués dès que vous en éprouverez le besoin ou la fantaisie… Mais vous vous sentez également rassurés parce que le site vous en protège : ce dernier vous offre tous les outils nécessaires pour les mettre à distance afin qu’ils ne deviennent pas une nuisance.

L’individu (post)moderne a horreur de la promiscuité. C’est pour cela que son caractère individualiste s’accommode fort bien de technologies comme celle de Facebook.

Facebook est un site dit « communautaire », mais les pratiques sociales dont il est le support sont profondément individualistes. Il consacre le continous partial friendship, une sociabilité optionnelle et sur-mesure.