Publicité et uniformisation des masses

Dans une société que la progression des technologies électriques et électroniques rend de plus en plus organique, la publicité se voit conférer un rôle homéostatique : il lui revient d’équilibrer les inputs (production) et les outputs (consommation).

« Pour dire les choses brutalement, l’industrie publicitaire est une tentative grossière d’étendre les principes de l’automation à tous les aspects de la société. Idéalement, la publicité vise à établir une harmonie « programmée » entre toutes les impulsions, les aspirations et les entreprises humaines. Elle cherche à atteindre, par des méthodes artisanales, le but électronique ultime d’une conscience collective. Quand la production et la consommation tout entière seront en harmonie complète et préconçue avec la totalité des désirs et des efforts, la publicité se sera éliminée elle-même par son propre succès […] Une société qui veut augmenter au maximum et accélérer les échanges de biens et de services n’a qu’à homogénéiser sa vie sociale. »

Pour comprendre les médias, Marshall McLuhan, p250

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :